mercredi 3 novembre 2010

Point "culture"

Aujourd’hui, on se cultive. (Oui, je sais, on est même pas lundi, mais bon, c’est déjà l’anarchie sur ce blog et puis je suis d’une humeur de chien en ce moment (pour moult raisons, fort valables d’ailleurs), il s’agirait donc de ne pas me faire chier avec des histoire de planning. Voilà, ça c’est dit.)

(Fais pas cette tête là, lecteur, mon bichon, même saoulée au plus haut point, toi, je te kiffe à mort).

Aujourd’hui, la brebis vous incite énergiquement à aller voir « Picture me, le journal vérité d’un top model » de Sarah Ziff et Ole Schell.

Donc là vous allez me dire « ouais, nan, pas besoin de voir un docu sur les mannequins, on a déjà vu « Le Diable s’habille en Prada », c’est bon, la mode, tout ça on connaît » (oh, ça va, je te taquine).

L’histoire, le pitch comme qui dirais, en gros c’est quoi ?

(Je te copie-colle le résumé d’Allociné, c’est mal, je sais, je te déçois, mais à 4h11 du matin, j’ai un peu du mal à rassembler mes idées. Demain, au réveil, je serai probablement rouge de honte d’avoir écrit autant de conneries.)

« Repérée à l‘âge de 14 ans par un photographe à la sortie de son école New-Yorkaise, Sara Ziff, devient très vite un top model à succès. De photos chics en défilés, d’un avion à l’autre, entre New York et Paris, Londres et Milan, elle croit vivre un rêve éveillé. Avec son ami Ole Schell, cinéaste, elle se livre à un jeu innocent : filmer l’envers du décor. Petit a petit, voilà que "Picture Me", chronique de 5 années de défilés et fashion weeks, devient plus sombre et inattendu. La caméra vole des instants de vérité crue, et lève le voile sur un monde moins glamour qu'il n'y paraît. Bientôt pas une journée ne se passe sans que Sara ne se demande : "Jusqu’où suis je prête à aller pour l'argent et le succès ? Jusqu'à quand vais-je tenir ?" ».

Voilà. Avant d’y aller j’avais un peu peur de ce que ça pouvait donner et finalement, je dois dire que j’ai été vraiment étonnée et plus que séduite.

Alors oui, au début, tu penses un peu que Sarah, étant ultra-bonne, mannequin (connue donc riche), avec le même mec depuis 10 ans (si je dis pas de conneries), bon ben, obligé, c’est une connasse. Après tu t’en rends compte, qu’en plus, elle est intelligente, méga-connasse donc. Mais en fait, au bout d’un moment, Sarah, tu l’aimes. Tu découvres qu’elle aussi, elle est rouge et bouffie quand elle est dans son bain, ou quand elle pleure, qu’elle aussi, ça lui arrive d’avoir des problème de peau, tout ça quoi. Tu réalises que Sarah, finalement, elle un peu comme toi (avec 50 cm de plus et 30 kilos de moins certes, mais quand même).

Plus sérieusement, j’ai trouvé que le film était fait avec une rare justesse et beaucoup d’intelligence, avec un réel souci d’objectivité. Certaines scènes sont assez bouleversantes, mais filmées et montrées avec beaucoup de sobriété et de simplicité.

C’est, selon moi, un beau documentaire, à voir. Rapidement qui plus est, parce qu’il ne passe que dans des petites salles.

J’espère t’avoir convaincu.

Bises

(Désolée pour les sautes d’humeurs, mais, étant ici chez moi, j’ai bien le droit d’avoir des relents de crise d’ado, et de raconter des grosses conneries, et puis avoues, c’est aussi un peu pour ça que tu viens).

mardi 26 octobre 2010

Chagasserie

Avant de commencer mon habituel débit d'idioties : merci pour vos commentaires, notamment sur le dernier post. Sur ce, je vais plonger mon égo dans l'eau froide pour le faire dégonfler...

Collier Alphabeta

Aujourd’hui, pétasserie.

Ah, l’avantage du masque, faire des photos de chagasse sans avoir peur d’être reconnue, c’est beau.

Bref, aujourd’hui on parle « décorations », bijoux j’entends. En me baladant sur le site des Fleurs, l’autre jour à la recherche d’idées de cadeaux de Noël, je suis tombée sur ce collier. Que j’ai kiffé. Beaucoup.

Et comme je suis faible, impatiente, que je ne supporte pas la frustration et que je grillerai sûrement en enfer pour l’éternité à cause de ça, je me suis traînée jusqu’à la boutique des Fleurs, à Ledru Rollin, autrement dit à l’autre bout du monde pour moi qui me sens perdue dés que je quitte la rive gauche, bravant le froid, les mouvements sociaux, mes collants qui descendent…

Me voilà donc en terre inconnue, rentrant le ventre et retenant mon souffle pour éviter de renverser les milliards de vitrines, pleines de trucs complètement inutiles mais qui font tellement envie. Et après de longues hésitations, tergiversations (parce que je suis le genre de meuf qui a besoin d’un plan en trois parties pour choisir ses chaussettes le matin, donc pour les mecs et les études je vous laisse imaginer le calvaire), j’ai choisi. Celui-là donc.

Tout ça pour vous parler des bijoux Alpha Beta, enfin juste pour vous dire qu’ils déchirent leur race (et je ne suis même pas soudoyée pour dire ça). Beaux, simples, classes, indémodables. C’est dit.

Pour les parisiennes, où celles de passage, je vous conseille vraiment de faire un tour vers Ledru-Rollin, enfin chez Les Fleurs, en tout cas, je ne me suis pas trop baladé dans le quartier, j’avais trop peur de me perdre, d’être entrainée dans une manif par une bande d’anars enragés ou pire encore…

Bises

Info pratique du jour : Le moelleux au chocolat Picard brulé = vraiment pas terrible.

mercredi 20 octobre 2010

Optimisme hivernal



Pull et t-shirt H&M.

Hier j’ai écrit « à demain », demain, maintenant c’est aujourd’hui du coup et comme je suis un être de parole, je suis là.

Un gros pull ultra confortable et chaud, un t-shirt, et le tour est joué si j’ose dire, en bas un jean trop grand qui me fait un postérieur de la taille de la Corse, sans grand intérêt donc, le jean hein, pas la Corse. Tout ça pour dire qu’aujourd’hui, plus que de fringues, on parle d’hiver.

Alors pourquoi me direz-vous ?

Tout simplement parce qu’en ces temps de grèves, de crise, de manifs, de contrôleurs SNCF qui répondent à leurs passagers au chômage qu’ils n’ont « qu’à aller trouver du travail », de nuit à 18h30, de pluie qui fait couler l’eye-liner que tu as réussi à poser après 15 essais, de températures qui changent, légèrement certes, mais bizarrement t’es jamais dans le ton, donc ou tu sues comme une malade, en étouffant, ou tu es bleue… Bref, du coup, je me suis dit qu’il était presque de mon devoir, à l’aide de mon optimisme légendaire, de remonter le moral des troupes, en vous donnant quelques raisons de kiffer cette période de l’année.

Allons-y :

· Raison n°1 : Les trains sont blindés, certes, les gens y sont debout ou assis par terre dans le meilleur des cas, c’est vrai, MAIS : ils se parlent, souvent pour balancer des saloperies sur le dos de la SNCF, et c’est ça qui est beau, quel meilleur moyen pour tisser des liens que de médire ensemble ? Pensez-y, le lien social, c’est important.

· Raison n°2 : Il pleut et ça décoiffe, certes mais cela crée l’effet « wild » un peu négligé que vous cherchiez à obtenir depuis des mois, n’écoutez pas les médisants selon lesquels « l’eau de pluie en ville, elle est sale », c’est écolo et économique.

· Raison n°3 : La chaleur ne reviendra pas avant longtemps, les maillots non plus du coup, donc pas besoin de faire attention à ce que vous mangez, puisque vos efforts seront de toutes façons niqués par les fêtes de Noël. (ça marche aussi pour l’épilation, mais si vous voulez garder votre mec ou en trouver un, ne faites peut être pas les deux en même temps (je dis ça pour me couvrir, des fois que ça crée des problèmes et que ça me retombe dessus)).

· Raison n°4 : Il fait froid, bon, mais qui dit froid dit réconfort comestible chaud et soirée en intérieur, cela signifie donc le retour (tant attendu) de la raclette, de la fondue et autre tartiflette. (Si c’est inefficace, on peut toujours se donner chaud en regardant True Blood… Oh… Eric…).

· Raison n°5 : Noël arrive lentement, donc on a encore un peu de temps avant de stresser et de faire un plan de financement pour les cadeaux de nos êtres chers, mais sûrement, on peut donc commencer des listes, pour soi et pour les autres, tout en sachant très bien qu’on changera d’avis 150 fois, pour soi et pour les autres, mais ça permet d’y être déjà un peu.

· Raison n°6 : C’est le retour des clémentines.

· Raison n°7 : Le froid, le vent, la pluie, tu as les lèvres gercées mais tu as tout le temps les joues roses, ce qui signifie : économie de blush.

· Raison n°8 : Le meilleur moyen de se protéger du froid : accumuler les couches de vêtements, alors oui, tu as l’air d’un bibendum et tu as du mal à bouger, mais le point positif c’est que, comme ça, tu mets plus de vêtements, ce qui te permet de prouver à ta mère qu’elle a tort quand elle te dit que tu en as trop et qu’il n’y a pas assez de jours dans l’année pour que tu puisses tous les porter.

C’est tout pour les conseils, faites-en bon usage.

Sur ce, je vous laisse, j’ai mon saumon qui brûle.

mardi 19 octobre 2010

Moi, personnellement, pour ma part...

L’info mégalo du jour :

Aujourd’hui je suis chez Capelines et Richelieux, pour une interview palpitante, un peu à l’image de ma vie finalement !

Plus sérieusement, un grand merci à eux de s’être intéressés au blog et à mon égo (qui a encore du mal à s’en remettre).

A demain ?

vendredi 15 octobre 2010

Blablablabla

Les moutonnes,

Je reviens à la vie virtuelle lentement mais sûrement. Merci pour vos commentaires malgré l’état comateux du blog. Pour cause de rentrée mon moi intérieur et moi-même ont fait un peu la gueule, le temps pourri, les réveils, le boulot, la lutte acharnée pour trouver une place dans le train en temps de grève, tout ça on kiffe moyen. Le seul point positif c’est qu’on peut enfin mettre nos trouvailles pré-hivernales qui ont croupies tout l’été dans nos placards en attendant le climat approprié (trouvailles que je vous montre très prochainement, c’est promis). En plus, à cause de la tendance eye-liner « cat ‘s eyes », je suis crevée parce que je me lève à 5h tout les matins pour être prête à 9h, en ayant fait une quinzaine de tentatives et usés 25 coton-tiges (ça fait chère la semaine, c’est moi qui vous le dis !).

Etant en week-end sans mon appareil vous avez droit à une splendide portrait made in Photobooth, mais bon il y a un post donc vous allez vous râler non plus, hein, ça va bien les conneries !

Des bises et à bientôt (genre dans la semaine).

La brebis

jeudi 2 septembre 2010

Carte postale

Lectrice, lecteur,

Je profite de mes vacances pour t’adresser une bien belle carte postale vantant les mérites de cette somptueuse région qu’est le Périgord, j’espère que tu sauras tout particulièrement apprécier la sobriété et l’élégance de la photo.

Je suis rentrée de Dordogne depuis maintenant une semaine, mais je me suis dit qu’un petit compte rendu rapide ne ferai pas mal et insufflerai un peu de vie à la morne plaine qu’est le blog en ce moment. J’en profite également pour faire peu de pub pour la région, on sait jamais des fois que je puisse me faire sponsoriser par l’office du tourisme de Monpazier ou par le comité périgourdin des producteurs de foie gras, ça vaut grave le coup !

Alors qu’ai-je fait en Dordogne pendant trois semaines (à part être à l’agonie parce que le premier H&M se trouvait à plus de 100km) ?

Eh bien plein de choses figure-toi ! J’ai fait du sport, tellement que j’en ai eu des abdos (des ampoules aussi, d’ailleurs), si bien que j’envisage même de m’inscrire dans un club à la rentrée (pourvu que ça me passe rapidement, parce que l’idée de rencontrer Michaël-le-coach-sportif-hyper-motivé-en-micro-moule-bite-brillant me fait un poil flipper). J’ai marcher rapidement en me dandinant, paraît-il que c’est plus efficace, et ai poussé des cris en courant après une balle jaune fluo, une raquette à la main. Ensuite, j’ai pas mal cousu et dessiner, histoire de rentabiliser mon stage de stylisme et de modélisme du mois de juillet (pour préparer des concours, mais ça c’est accessoire !). J’ai aussi excessivement mangé, histoire de rattraper tout ce sport, j’ai donc profité de bon nombres de spécialités locales : foie gras en terrine, poêlé, confit de canard, j’en passe et des meilleurs (comité périgourdin, si tu me lis..).

Au bout de trois semaines, il a fallu plier bagage, soi-disant que mon père n’est pas encore à la retraite et qu’il doit gagner sa vie, et que moi, ce n’est pas en me tortillant comme une dinde sur le court de tennis pour attirer l’œil des rugbymen à l’entraînement que je ferai carrière (et puis de toutes façons, il paraît que les footballeurs ça rapporte plus alors…). Nous avons donc rangé la maison et nous sommes parti sur la route en écoutant « The river » de Springsteen, parce que vois-tu lecteur, mon père et moi on est hyper rock’n’roll, « je suis tombée dedans quand j’étais petite » (je m’entraîne pour mon interview dans ELLE pour mon premier album/roman/film/défilé, j’ai pas encore choisi (c’est des conneries, hein, j’y connais rien en musique)). S’en suit une grande déception paternelle, vu qu’il s’attendait à grand moment de partage familial et que j’aurai soi-disant dormi pendant les trois quarts du trajet, et que le reste du temps j’étais occupé à manger des gâteaux fourrés à la noisette.

Désormais tu sais tout. Je reviens bientôt avec une carte d’Anvers ou un look, qui sait, je te laisse avec ce suspens insoutenable.

Bises.

Ta brebis.

jeudi 19 août 2010

Dots




Robe H&M, sandales Les Tropéziennes.

Mes poussins,

Look « retour de piscine », basique (et bien repassé comme vous pouvez le voir), avec cette petite robe H&M, ultra confortable et qui sera à mon avis très bien cet hiver avec mon combo habituel collants-bottines. J’ai fait ma valise n’importe comment, et je vous avoue qu’en ce moment je suis plus passionnée par l’indice de ma crème solaire que par ce que j’ai sur le dos. Je passe mes journée à comater sur mon transat, à bouquiner, à gribouiller et à faire un peu de couture, rien de bien fou en somme. Il me reste une semaine à passer en Dordogne et j’ai bien l’intention d’en profiter pleinement, je pars ensuite passer 3 jours à Anvers, donc si vous avez des adresses de restau, boutiques ou autres, je suis tout ouïe.

Sur ce je retourne cuire.

Bonne journée.

mardi 17 août 2010

La brebis en vacances


Débardeur et short H&M, sandales Les Tropéziennes.

Le masque nouveau est arrivé ! Enfin ! Je préfère l’autre mais pour les vacances celui-la fera l’affaire.

Donc voilà, on reprend les photos tranquillement, avec un look sans prétention et sans grand intérêt je vous l’accorde, mais même les brebis ont le droit de s’habiller comme des sacs pendant leurs vacances ! Les photos ne sont pas tops mais sans mon pied c’est un peu plus galère.

Je continue mon programme sportif intense, et pour une allergique au sport telle que moi c’est rude.

Je reviens bientôt (avec du look un peu plus élaboré normalement) !

Bonne journée

mardi 10 août 2010

Voici le post qui aurait dû être publié hier, si la livebox n’avait pas fait des siennes à cause de l’orage :

Les poulets,

Merci beaucoup pour vos commentaires sur le dernier post, ça m’a beaucoup touché !

Allez, on reprend les bonnes habitudes ! Le lundi par ici, c’est quoi ? Le post « culture » of course !



Aujourd’hui, mes poussins, on parle bouquin, avec le dernier livre qui m’a transportée et que je vous recommande plus que chaudement, « L’ombre du vent » de Carlos Ruiz Zafón. Alors oui, j’arrive des mois après la bataille parce que d’après ce que j’ai cru comprendre tout le monde en a parlé il y a quelques temps. Bref, tout ça pour dire, LISEZ-LE ABSOLUMENT !

Je ne dirai rien sur l’intrigue pour vous laisser le plaisir de tout découvrir, si ce n’est que c’est le genre de livre dans lequel on entre rapidement et duquel on ne veut plus sortir ! On s’attache à tous les personnages avec une grande facilité, et il est difficile de ne pas éprouver une pointe d’envie quand, une fois le livre fini, on croise dans le métro ou ailleurs quelqu’un qui le commence.

Pour celles qui ne seraient pas de grandes fans de lecture et qui seraient effrayées par la taille du livre, rassurez-vous, il se lit vraiment très facilement !

Bonne journée !

Ps : Pour les looks, il faudra patienter un peu, le temps que je reçoive mon masque, oublié à Paris, mais pas d’inquiétude, je trouverai de quoi vous faire patienter !


samedi 7 août 2010

Come back

Mes brebis,

Désolée pour cette très longue absence, mais le mois a été mouvementé. Entre une rupture, un déménagement, des cours d’été de stylisme et de modélisme, plus une petite baisse de régime niveau santé, autant vous dire que le blog n’a pas été la priorité, mais me revoici dans une forme olympique, prête à tout donner !

Merci pour vos commentaires, je suis ravie que le post « beauté » vous ai plu, je retenterai l’expérience !

Je vous écris actuellement du fin fond de la Dordogne, où je passe le mois à comater au bord d’une piscine et à essayer de faire du sport, et où, ô miracle, il y a le wifi ! Du coup il y aura de nouveau des posts par ici (peut-être pas tous les jours, parce que puiser au fond de soi la motivation pour faire du sport, mine de rien c’est épuisant, mais quand même !).

Donc voilà !

A bientôt (cette fois c’est vrai, je le jure !).

mercredi 23 juin 2010

Post « beauté »

(La photo est un peu naze, je sais mais j’ai égaré mon masque du coup je n’ai pas pu en faire une autre, mais ne paniquez pas (si, si, je sens bien que vous paniquez) je vais en chercher un autre dès aujourd’hui).

Les enfants,

désolée de cette absence, mais ces derniers jours, la vie réelle a été mouvementée et douloureuse.

Voilà donc le fameux (le mot est faible) « post beauté » que je vous avais promis il y a quelques temps.

Tout d’abord, il faut savoir que, même si je n’y connais pas grand chose, je suis une grande malade de produits de beauté, je suis en adoration devant Babillages et Beauté Blog, j’adore tester de nouveaux produits (sauf pour ma peau, où là je suis ultra-strictos), du coup il y a de bonnes comme de mauvaises surprises donc autant vous faire profiter de mes déboires afin que ça vous serve de leçon (oui, j’ai décidé de devenir moralisatrice).

Aujourd’hui, un « spécial yeux » avec les derniers produits qui m’ont bluffé :

- Le pinceau « spécial smoky » de chez Sephora (je ne connais plus son nom exact) : liner d’un côté, estompe de l’autre, il est vraiment très bien pour poser de l’eye-liner, d’abord avec le côté liner, comme vous vous en doutez, puis on passe l’estompe pour fondre un peu et estomper les irrégularités. (Alors là, je vous arrête tout de suite, si vous vous dites que l’estompe ne sert à rien, vous vous trompez, mais moi aussi, il y a quelques temps, j’étais une brebis égarée jusqu’à ce que l’estompe entre dans ma vie, donc je ne vous blâme pas ! Pour faire court, quand on utilise l’estompe, c’est quand même vachement mieux !).

- Le fard noir waterproof de chez Make Up Forever (en vrai il s’appelle Aqua Black Fard Crème Waterproof) : appliqué en liner (avec le fameux pinceau cité ci-dessus), la première fois a été une grosse déception, parce qu’après tous les avis dithyrambiques du style « je l’ai appliqué à 8h du mat et le lendemain à 5h, après une folle nuit en boîte, rien n’a bougé » que j’ai pu lire, me voir presque plus maquillé à la fin d’une journée banale, c’était décevant. Mais ça, c’était avant que je le mette par dessus le fard Aqua Cream, toujours de chez Make Up Forever, et là ! Laissez moi vous dire que le combo des deux est génial et tient vraiment très très bien (j’ai énormément pleuré ces dernières jours, et pourtant je suis toujours resté très bien maquillée, et ça sans retouches, oui madame !). Ce qui m’amène au point suivant ;

- Les fards Aqua Cream de Make Up Forever : conçus à la base pour les nageuses faisant de la natation synchronisée (c’est pas moi, c’est la légende qui le dit), ils sont waterproof et tiennent très très bien. Les paillettes présentes dans les fards m’ont un peu effrayées au début et puis finalement ça ne se voit pas tant que ça.

- Le mascara waterproof Aqua Smoky Lash de Make Up Forever : à appliquer avec modération car il a tendance à faire des paquets, mais bien mis il est vraiment joli et tient très bien.

Voilà, autant vous dire qu’avec ça mes yeux de biches (enfin de brebis) tiennent toute la journée, malgré les larmes et la chaleur !

J’espère que ça vous a plu, sur ce, je vais faire un tour sur vos blogs !

Bonne journée !

lundi 14 juin 2010

Point "culture"

Aujourd’hui, lundi, c’est le point « culture » de la semaine.

Aujourd’hui, la brebis vous conseille vivement de (re-)regarder la série de documentaires de Loïc Prigent, « Le jour d’avant ».

L’autre jour, en passant à la Fnac, je suis tombée sur le coffret « Le jour d’avant » (« The day before » pour les bilingues), regroupant les quatre documentaires de Loïc Prigent sur les heures précédant les défilés, Rykiel, Gaultier, Proenza Schouler et Fendi (dessiné par notre ami Karl). Ces quatre documentaires ont été diffusés, si je ne dis pas de bêtises, l’hiver dernier sur Arte, et bien évidemment je les ai loupés. Du coup j’ai sauté sur l’occasion et je les ai embarqués.

Et j’ai adoré ! J’ai été complètement fascinée par l’effervescence qui régnait dans les ateliers, les changements de dernières minutes, voir le vêtement se transformer l’implication folle des premières d’ateliers, brodeuses et autres, leur patience impressionnante…

Voilà, donc si vous avez l’occasion de les voir où si vous passez par un rayon dvd et que vous tombez dessus, allez-y ça vaut vraiment le coup !

Bon lundi !

dimanche 13 juin 2010

Contre le dimanche, sortons nos plus belles robes

Mes poussins,

Me voilà de retour et en vacances ! Bon, la bonne nouvelle du jour, c’est que je passe… EN TROISIEME ANNEE ! Voilà, ça, c’est fait ! L’oral s’est bien passé malgré mon oreille droite complètement bouchée (on ne se rend pas compte mais, c’est pas pratique du tout une oreille bouchée pour un oral !). Autant vous dire que je suis soulagée, mais aussi bien claquée parce que mine de rien, ça fatigue tout ça ! J’en profite pour vos remercier pour vos commentaires qui m’ont fait très plaisir et vraiment beaucoup touché !

Parenthèse modérément passionnante, si vous le souhaitez vous pouvez passez directement au paragraphe suivant : J’ai passé ces derniers jours à remettre mon appart en état, à déboucher mon lavabo (oui parce qu’en plus d’être excessivement glamour et sexy, je sais faire de la plomberie) et à dormir, d’où l’absence de posts. Je pars dimanche me faire dorer la pilule au bord d’une piscine pendant une petite semaine, ensuite retour sur Paris et le 1er juillet… je retourne en cours. Je vais suivre les cours d’été de l’Esmod, pendant tout le mois de juillet. Je serai sans connexion jusqu’à vendredi mais je vous ai programmé le point "culture" de la semaine et je rattraperai mon retard de lecture de vos blogs et de réponse à vos commentaires en rentrant.

Aujourd’hui, on est dimanche et ici, qui dit dimanche, dit robe.




Robe Sandro, sandales Les Tropéziennes, bagues vintages et La Rose D’Along, bracelet L’Animalerie d’Auriane.

Voilà donc la fameuse robe Sandro, dont je vous avais un peu parlé ici. J’ai craqué pour la taille ceinturée, les empiècements de dentelles et le zip le long du dos, et j’ai aimé le fait qu’elle soit puisse s’adapter aussi bien à un look décontracté qu’à une tenue un peu plus habillée.

C’est tout pour aujourd’hui !

Passez un bon dimanche !

lundi 7 juin 2010

Post non-post

Les enfants,
pas de "point culture" aujourd'hui, je suis désolée, mais comme vous le savez je suis précisément à 24h de la plus grosse échéance de mon année et comment vous dire... je flippe ma race ! (Moi qui ai un langage si châtié d'habitude !).

Donc voilà, j'ai parfaitement conscience que le "post pour dire que je ne post pas", c'est un peu con, mais en ce moment une journée sans poster et ça me manque (peut-être aussi parce que tous les moyens sont bons pour retarder la dernière ligne droite) !

Voilà, je vous embrasse et vous dit peut-être à demain (ça dépendra un peu de mon état, qui, lui, dépendra du déroulement de l'oral).

Bon lundi !

dimanche 6 juin 2010

Contre le dimanche, sortons nos plus belles robes

Aujourd’hui, la brebis continue son inlassable lutte contre le dernier jour de la semaine.





Robe H&M, sandales Les Tropéziennes, bracelet L’Animalerie d’Auriane, bagues vintage et La Rose d’Along.

Aujourd’hui une petite robe H&M, avec qui j’ai une histoire presque digne des Feux de l’amour (j’exagère un poil, je l’avoue). Je l’ai repérée du coin de l’œil la semaine dernière, mais je me suis dit que c’était le genre de robe ultra lookée que je n’arriverai jamais à mettre. Un peu comme Carrie qui dort avec des sautoirs en perles dans le premier Sex and the city, c’est sympa à l’écran mais dans la vraie vie, dormir avec des rangs de perles, c’est pas super confort ! Je m’égare.

Cette petite robe me trottait quand même dans la tête et je regrettais de ne pas l’avoir essayée. Du coup, comme je n’ai aucune volonté (ce qui m’afflige régulièrement), je suis retournée chez H&M. Et là, le coup de foudre, si j’ose dire. J’aime l’imprimé, la coupe, les bretelles qui font, selon moi, un très joli dos. Autant vous dire que je n’ai pas résisté longtemps. Et je trouve qu’avec des sandales plates, elle passe plutôt bien.

(Je suis désolée d’infliger à vos yeux sensibles ces grosses marques de coups de soleil et de bretelles, causées par ma virée d’hier et pas franchement distinguées. J'ai également le front, le nez, les pommettes et le crâne bien rosés.)

Voilà, voilà, ça fera l’affaire pour aujourd’hui, non ?

Bon dimanche !

samedi 5 juin 2010

Version été




Robe H&M, collier Urban Outfitters, sandales Les Tropéziennes, bracelet L’Animalerie d’Auriane, bagues vintage et La Rose d’Along, headband Bijoux Brigitte.

Point trop de blabla aujourd’hui. Après vous avoir montré la version « spéciale froid de canard », voici la version « il fait 45° degrés ».

Donc voilà, je suis contente de pouvoir enfin la portée de façon plus estivale et de pouvoir ressortir mes sandales (amis de la rime, bonsoir !).

Pour tenter d’échapper à la chaleur de plomb (et, soyons honnête, à la préparation de mes examens), je suis allée faire un tour de bateau, avec une copine, sur le canal St Martin, à Rennes, d’ailleurs avis aux rennais, vous pouvez louer des petits bateaux à moteur (qui font du 25 cm/h, donc un rythme plutôt tranquille), pour vous balader sur le canal, c’est très très sympa. Bref, une journée qui m’a bien vidé la tête, et qui m’a aussi filé quelques coups de soleil, mais ça valait le coup !

J’ai craqué pour un headband, torsadé et doré, et pour une fois, il tient ! Je n’ai pas besoin de le remettre en place toutes les deux secondes ! Bref, j’en suis très contente et j’avoue, je me la pète un peu genre apprentie-Diane Kruger (des cheveux seulement, hein, mon égo se gonfle parfois, mais pas à ce point. D’ailleurs, je ne vous ai pas encore parlé du culte que je voue à Diane ?).

Rien à voir, mais je suis passée chez Sephora faire quelques investissements, du coup j’ai des envies de posts beauté. De nouveaux posts « La brebis se pomponne », ça vous tente ?

J’espère que votre week-end se passe comme vous voulez !

Bonne soirée

vendredi 4 juin 2010

Les questions existentielles de la brebis

Aujourd’hui, la brebis est intriguée par le système de politesse modulable pratiquée dans certaines boutiques.

Bon, vous allez vous dire que je fais une fixette sur les boutiques Sandro (et vous aurez peut-être raison), mais disons que les prix pratiqués me rendent plus exigeante.

La semaine dernière lors d’une balade dans Rennes en compagnie de ma moitié, nous sommes passés devant la boutique Sandro. J’avais envie d’y faire un petit tour mais, en général, le comportement des vendeuses me freine un poil ! Mais ma moitié a pris les choses en main et m’a dit : « Arrête de faire ton bébé, on y va ! ». J’ai arrêté de faire mon bébé, et on y est allé. Ce qui me bloque d’habitude, c’est la politesse un peu limite des vendeuses, comme si elles possédaient un scanner interne capable de savoir à l’avance si tu vas dégainer ta carte bleue ou non, et qui détermine si tu mérites un bonjour ou pas.

Donc nous entrons dans la boutique, en jean-t-shirt pas ultra glamour, je vous l’accorde, mais je ne vais pas commencer à me mettre sur mon 31, juste pour faire les boutiques ! Et là, pas un bonjour, pas un regard, bon. Je jette un œil aux vêtements, et je trouve deux robes très alléchantes que je me décide à aller essayer. Etant très disciplinée, j’attends sagement à l’entrée de l’espace des cabines, mes deux robes à la main, pour demander à une de ces charmantes vendeuses si je peux aller essayer. Là, je passe 5 minutes à regarder passer les vendeuses devant moi, toujours sans me parler, ni me regarder, bon. Au bout d’un moment, je me décide à aller essayer sans rien demander à personne, vu que personne ne veut me parler. J’essaye, je me décide pour une petite robe noire (sur laquelle il y avait d’ailleurs une jolie réduction) et je file faire la queue, un poil agacée. Et dans la queue, comme par magie, la charmante vendeuse qui m’avait ostensiblement ignorée depuis le début, d’approche de moi tout sourire, et me demande si j’ai trouvé tout ce que je cherchais et si elle pouvait me débarrasser. Je réponds que non. Je paye et je pars, contente de ma robe mais un peu furax et déçue de ne pas avoir fait une petite réflexion sur la qualité l’accueil.

Je vais peut-être passer pour une vieille conne avec ce post, mais pour moi, la politesse c’est important (très important). Du coup je m’interroge un peu, faut-il payer une robe une centaine d’euros pour avoir un bonjour dans ces magasins ?

Voilà, c’était la question existentielle de la journée !

Merci pour vos encouragements pour mes exams, ça m’a fait très plaisir ! Etant plutôt dans les temps, je pense que j’aurais le temps de faire quelques photos ce week-end.

Bonne journée !


Ps : Petite question, quelqu'un peut-il me dire pourquoi des tonnes de pubs s'affichent dés que je clique quelque part sur mon blog ?

mercredi 2 juin 2010

Merci facteur...






Gilet et jean Uniqlo, t-shirt H&M, ceinture vintage, bottines Urban Outfitters, sac Mary, bagues vintage et La Rose d’Along, bracelet et collier L’Animalerie d’Auriane.

Mes poulains,

Désolée pour ce rythme un peu chaotique. Enfin, je ne vous ai abandonné qu’une journée, hein, ça va c’est pas catastrophique non plus, mais j’aime qu’il y ait de la régularité par ici ! Tout ça pour dire que ça ne va pas aller en s’arrangeant dans les prochains jours, vu que je passe mon examen de fin d’année mardi prochain, et que du coup mon appart devient limite insalubre vu que premièrement, le rangement et le ménage ne sont pas trop mes priorités, et que deuxièmement j’ai du boulot par dessus la laine et que je m’y prends comme un manche, au dernier moment bien sûr ! Du coup, je suis tendue comme jamais, et je me shoote au magnésium, à l’euphytose et je respire dans des sacs plastiques (glamour et zen-attitude, comme toujours !). Sans compter que ça fait une semaine que je bouffe des surgelés et des crackers, et que le moral est inversement proportionnel à ma charge !

Donc, vous l’aurez compris, je n’ai pas trop le temps de prendre des photos et d’écrire, alors que pourtant j’ai plein plein de choses à vous montrer !

Ce matin, je suis allée à la poste chercher un colis qui contenait… UN SAC !

(Je me suis rendue compte que je ne vous parlais jamais de sac, alors que j’adore ça, peut-être même encore plus que les chaussures !).

Un très beau sac. Ma petite folie d’anniversaire en somme ! Voilà donc mon très beau sac Mary, avec sa fort jolie couleur, son beau cuir, sa coupe parfaite et sa très grande taille, qui me permet d’emmener toute ma maison partout où je vais.

J’en suis très contente, hein ne vous méprenez pas, mais il y a quand même un petit (tout petit, minuscule) hic, c’est que les sacs Mary pourrait faire un petit effort, quand même, déjà au niveau de l’envoi, le sac est mis en vrac dans un sac en plastique, le tout balancé dans le colis sans protections supplémentaires, un peu décevant pour un sac de ce prix-là, vous me l’accorderez. Mais bon, je l’aime quand même, je l’adore même et je chipote un peu, mais je trouve qu’au vu du prix du sac, ça vaut le coup d’être signalé.

Voilà, pour ce qui est de la tenue rien de bien dingue mais du confortable et du réconfortant, ce dont j’ai bien besoin en ce moment ! Je reviens très vite !

Bonne journée (soirée ?) à toutes !

lundi 31 mai 2010

Point "culture"


Le lundi par ici, que se passe-t-il ? Le post « intello » de la semaine of course !


Il est temps de remettre un peu d’ordre par ici après le chaos de la semaine dernière (pas de lutte contre le dimanche, ni de post « culture », le chaos je vous dis !).

Bref, aujourd’hui, la brebis vous recommande vivement d’aller voir l’expo Irving Penn à la fondation Cartier-Bresson.

Jusqu’à l’hiver dernier, Irving Penn je connaissais, mais de nom seulement, puis j’ai vu ses portraits à la National Portrait Gallery à Londres, et là premier gros coup de cœur ! Des portraits noir et blanc, de Colette, Cocteau, Saint Laurent, Picasso, pris sur un fond neutre. Des images très graphiques, où la silhouette du sujet se découpe, au centre.

Du coup, quand j’ai su qu’une expo avait lieu à Paris, je me suis précipitée ! L’expo porte sur sa série de photos intitulée « Small trades » (Les Petits métiers). Penn a commencé cette série en juin 1950, à Paris, où il est envoyé par Vogue, afin de photographier les collections de haute couture, …« Small Trades », les petits métiers est un projet personnel, c’est une série de portraits de travailleurs divers, des pompiers, des maîtres d’hôtel, de ménagères… Penn les photographie en tenue et avec leurs accessoires de travail, sur un fond neutre, fait d’un rideau de théâtre abandonné. Le sujet est situé au centre de l’image, les contrastes important entre les blancs, les gris et les noirs profonds, confèrent à l’image une dimension graphique très marquée. Les personnes photographiées, posant avec leurs outils de travail, sont transformées par Penn en icônes fières des temps modernes, empreint d’une profonde humanité, reflétant la grande estime que le photographe avait pour eux. La diversité des métiers représentés, ainsi que l’équité avec laquelle ils sont traités, les dégage de tout contexte social, et en fait de véritables portraits psychologiques. Les premiers clichés seront publiés dans le Vogue français, en 1951.

Selon Penn : « Eloigner les modèles de leur environnement naturel et les installer dans un studio face à l’objectif, n’avait pas seulement pour but de les isoler, cela les transformait. ». Grâce à cette démarche, basée sur son admiration des traditions de représentation des petits métiers, telles que les œuvres d’Eugène Atget et d’August Sander, le photographe immortalise les différents « petits métiers » de son époque. A Paris, dans un studio de la rue de Vaugirard, Penn alterne les séances avec les mannequins ou d’éminentes figures de la culture et celles avec d’humbles travailleurs. A cette époque, il photographiera également les individus issus du quartier Mouffetard, tels que le sculpteur bohême ou la chanteuse Benoîte Lab. Il continuera cette série à Londres, et à New York.

Son œuvre est un témoignage de la diversité des métiers et des attitudes en fonction des villes : « En général, les Parisiens doutaient que nous ferions exactement ce que nous leur avions dit. Ils pensaient que quelque chose de louche allait arriver, mais ils arrivaient au studio plus ou moins comme convenu – motivés par le cachet. Les Londoniens étaient différents des Français. Etre photographiés en tenue de travail était pour eux la chose la plus logique au monde. Ils arrivaient au studio, toujours à l'heure et se présentaient devant l'appareil photo avec un sérieux et une fierté qui étaient particulièrement touchants. Des trois, les Américains étaient le groupe le plus imprévisible. En dépit de nos recommandations, quelques uns arrivèrent aux séances changés de pied en cap, rasés de frais et parfois même dans leurs costumes sombres du dimanche, convaincus de faire leur premier pas vers Hollywood. ».

Je conseille fortement aux parisiennes de s’y précipiter, et aux autres d’y faire un tour si vous passez sur Paris !

Bonne nouvelle : l’entrée coûte 6 euros en plein tarif, et 3 euros en tarif étudiant, moins de 26 ans …

Toutes les infos ICI.


Passez une très bonne journée !


Ps : Quelqu'un peut-il me dire pourquoi blogger pète un câble avec la taille de la police ?

Pps : Je recherche des gens qui ont fait le cursus de stylisme de la St Martins à Londres, si vous avez des infos, n'hésitez pas !

Ppps : Clint, mon amour, joyeux anniversaire !


dimanche 30 mai 2010

Contre le dimanche, sortons nos plus belles robes !






Robe, perfecto et foulard H&M, gilet Uniqlo, bottines Urban Outfitters, collier L’Animalerie d’Auriane, bagues vintages et La Rose D’Along, besace Sac Destock (sur Ebay).

Aujourd’hui a failli être une journée sans post, l’approche des examens et la météo ayant mis à mal ma motivation, et puis finalement …

J'avais prévu de vous montrer la très jolie robe que ma moitié m'a offerte pour mon anniversaire, mais elle est restée à Paris. Ce sera donc pour une prochaine fois !

J’ai toujours été très admirative des fille qui portaient des robes longues (surtout en hiver), ne me demandez pas pourquoi, c’est comme ça, mais je n’ai jamais vraiment osé en porter, persuadée que j’étais trop petite. Et puis je suis tombée sur cette robe chez H&M et je me suis dit qu’il fallait tenter le coup ! A l’essayage, je remarque qu’elle est assez décolleté, donc j’hésite un peu, et là, résonne dans ma tête la voix de notre idole à toutes, qui me dit « Ma chérie, mini poitrine, maxi décolleté! », ce qui suffit à me convaincre, c’est décidé la robe est embarquée.

De retour chez moi, je la réessaye, pour faire l’ourlet parce qu’il y a quand même une bonne vingtaine de centimètres de tissu en trop. Et voilà le travail ! Un rapide coup d’œil par la fenêtre me fait vite comprendre que vu la température, le combo robe longue-sandales-lunettes de soleil attendra ! Qu’à cela ne tienne, je ne suis plus à un défi près (j’ai quand même fait des photos dans ma cage d’escalier, je vous le rappelle !), je la porterai façon hiver ! Des collants, un gilet, un blouson et un foulard plus tard, emballé, c’est pesé ! Avec, pour couronner le tout un collier bricolé avec une perle que j’ai retrouvé au fond d’un de mes sacs !

Bon dimanche à toutes !

samedi 29 mai 2010

C'est pour la bonne cause





Perfecto et t-shirt H&M, jean Uniqlo, bottines Urban Outfitters, collier vintage (piqué à ma mère, avouons-le), bagues vintage et La Rose D’Along.

Comme je vous l’avais dit ici, j’ai craqué pour la collection Fashion Against Aids de chez H&M. D’habitude les arguments marketing comme celui-là me laisse un peu de marbre, comme la Garden Collection qui ne m’avait pas emballée.

Mais là, je dois dire que les vêtements ont eu raison de mes arguments anti-marketing pas du tout discret du genre « on va dire que c’est pour la bonne cause, comme ça ils déculpabiliseront ». Le pire, c’est qu’en plus ça a marché, ça m’a déculpabilisée. Non seulement je suis un mouton (enfin une brebis, mais on va pas chipoter !), mais en plus, je suis un pigeon. Dur !

Trêve de questions existentielles, passons aux choses sérieuses ! Je tiens tout d’abord à remercier ce joli mois de mai, qui nous permet de porter des perfecto en cuir le 26 (vous l’aurez bien compris, mais je précise pour ceux du fond qui n’écoutent pas, quand j’écris nous sommes le 26 mai), soit à 5 jours du mois de juin, soit à 26 jours de l’été. Moi qui étais persuadée qu’entre l’hiver et l’été il y avait le printemps, j’ai du me planter quelque part !

Une fois de plus je m’égare ! J’ai donc craqué pour ce blouson en cuir, de la collection Fashion Against Aids (j’ai aussi craqué pour le foulard et le short, que je vous montrerai très bientôt !). Ayant déjà pas mal de blouson dans ce genre, j’ai beaucoup hésité, quand j’ai vu qu’il n’y en avait plus que deux je l’ai quand même essayé, et quand j’ai vu le prix (60 euros), j’ai craqué. Ma moitié a eu le malheur de me dire « mais t’en as pas déjà plein des vestes comme ça ? », si, mais pas dans cette couleur… Pour moi, la veste en cuir ou le perfecto est un incontournable, un basique. Je crois même que je lui ai répondu que l’on a « jamais assez de perfecto », je vous l’accorde, c’est une phrase de morue, vous pouvez me huer dans les commentaires !

Voilà, j’adore sa couleur un peu passée (moi qui trouve ça très con d’acheter des trucs qui ont déjà l’air usés, genre les jeans troués ! Je vire schizo, moi, je vous le dis !), sa forme, ses zips et ses ENORMES épaulettes !

(Excusez la deuxième photo, c'est l'effet Lovely Day de Bill Withers !)

Sur toutes ces informations fondamentales (que dis-je, vitales !), je vous souhaite une très bonne journée et j’en profite pour vous remercier pour vos commentaires fort sympathiques !

Edit du jour, le blouson de cuir est bien d'actualité ! Il fait un froid de gueux et il pleut !

vendredi 28 mai 2010

La brebis à l’extérieur





Gilet Uniqlo, top et jupe H&M, collants Topshop, bottines Urban Outfitters, bracelet L’Animalerie d’Auriane.

Petit rappel : Le concours Muteen se termine bientôt, alors allez vite voter pour Valentine, une fois par jour, jusqu’à la fin. On clique ICI

Aujourd’hui la brebis se dévergonde ! Elle prend de photos hors de chez elle ! Je sens bien le frisson d’émotion qui vous parcourt. Ne le niez pas, vous êtes impressionnés, je le sens bien !

Bon, je ne suis pas allée trop loin non plus hein (courageuse mais pas téméraire). Je n’ose pas encore danser le charleston sur la place publique avec mon masque, mais ça viendra.

Aujourd’hui au menu, une jupette H&M que j’aime beaucoup, mais qui est immettable sans collants, un top en dentelle que je ne savais pas trop comment porter jusqu’à aujourd’hui. La jupe taille haute est la réponse à tout vous dis-je ! Et bien sûr, mes collants d’excentrique !

Donc voilà mes brebis, j’espère que ça vous plaira !

Bonne journée !